Hub Actu

Le Kojiki, une Eneide longtemps oubliée

Samedi 24 Novembre 2012 à 15h

La confrontation de ces deux textes, d’apparence si différents, devrait permettre de mieux faire ressortir la place du Kojiki dans l’histoire littéraire japonaise. On l’a pris parfois pour une histoire, ce qu’il n’est pas, pour un recueil de mythes, mais cela ne concerne que le premier livre, pour un texte de commande assez maladroit, ce qui mérite discussion.
En fait, il légitime comme l’Enéide, un nouveau pouvoir à l’issue d’une guerre civile en chantant les origines. Comme l’œuvre de Virgile, c’est, à mon sens, une épopée de lettré jouant savamment des oppositions et des échos entre le temps des dieux et celui des hommes.
Transcrit de façon elliptique, il ne correspondait pas au goût des élites sinisées de l’Antiquité. Sa redécouverte tardive ne lui rendra pas entièrement son statut d’œuvre littéraire. (F.M)

Conférencier: François MACE Professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales
Commentateur: Philippe BRUNET Professeur à l’Université de Rouen et fon­da­teur du Théâtre Demodocos

*La même confé­rence a été pro­non­cée à la Maison franco-japo­naise de Tokyo (11/10/2012) et à l’Université de Kyôto (13/10/2012), au Japon.

Informations pra­­ti­­ques

Maison de la culture du Japon à Paris‎
101 Bis Quai Branly
75015 Paris
01 44 37 95 01
mcjp.fr‎

Petite Salle (Rez-de-chaus­sée)
Entrée libre dans la limite des pla­­ces dis­­po­­ni­­bles

About the author

Related Posts

Leave a Reply

Leave a Reply